Cheval pendant une course de barils

Course de barils

Un peu de biomécanique

Lors du virage autour du baril, le centre de gravité du cheval descend considérablement pour pouvoir exécuter le pivot.  Le cheval garde son équilibre grâce au membre intérieur placé sur le sol pour soutenir le corps et le propulser vers l'avant. 

· Les pieds prennent donc des appuis dissymétriques. Les membres à l’appui posent le pied en mamelle, ce qui comprime les surfaces articulaires du côté de l’appui et une tension des ligaments du côté opposé. 

· Les jarrets sont exposés à des forces de torsion, pression et tension, alors que cette articulation est normalement limitée en flexions et extensions. La force est exercée sur le membre qui est à l’extérieur du virage soit celui qui pousse, et non pas celui sur lequel il pivote.

La jonction thoraco-lombaire subit une très forte pression. Cette articulation doit supporter une rotation pour permettre aux postérieurs et aux antérieurs d’effectuer un brusque virage presque sur place, et en même temps permettre aux postérieurs de maintenir le mouvement vers l’avant. 

Massage sportif

 · Pour le cheval de baril, nous nous concentrons d’abord sur les muscles propulseurs, donc ceux de l’arrière main. 

· Ensuite nous travaillons l’articulation du boulet et des phalanges afin d’assouplir ces structures en prévision des virages autour des barils.

· Nous travaillons aussi les muscles du dos pour préparer le cheval aux torsions dorsales lors des virages.

· Nous préparons les pectoraux aux mouvements d’adduction et d’abduction.

· Pour terminer, nous travaillons les muscles de l’encolure qui permettent au cheval d’effectuer le pivot autour du baril.